Blog

Les pratiquants suivant l'école Kishinkai connaissent l'importance des armes dans la pratique et sont déjà bien dans l'évolution ou simplement dans la découverte des suburis et katas. Aussi, afin d'approfondir encore un peu plus, j'ai à nouveau invité Arnaud Lejeune à venir animer un cours au...

Dans la pratique de notre art, nous entendons souvent les termes de centre et centrage. Notre corps possèdent plusieurs centres : *le « kami tanden » (de kami : dieu, divinité), que l’on pourrait traduire par le centre sacré, il se trouve à hauteur du plexus solaire et est défini comme le centre des émotions. *le « naka tanden », se situant à environ 10 cm au dessus-du nombril, reconnu comme le centre des maladies *le « shimo tanden » que nous connaissons tous sous le vocable « seika tanden », à environ 10 cm sous le nombril est lui dénommé le centre des énergies. A ces trois points principaux, on peut ajouter celui dont on parle peu, le « ming men» situé lui dans le bas du dos (environ au centre de la koshita du hakama en fait), il est directement relié au seika tanden par une ligne traversant le bassin (bien que certains disent qu'il est en fait rélié à l'ombilic). Point d'importance dans la médecine chinoise et en Shiatsu, il est également dénommé "la porte du destin" et le "centre des reins" car placé juste sous la tubérosité de la 14ème vertèbre (2ème lombaire) dans le creux des reins, ceux-ci étant l'organe générateur de notre énergie, de notre vitalité. Depuis ma rencontre avec Hino Sensei, je considère également le point du sternum (nommé VC17) comme un centre capable de générer une énergie particulière.

16 novembre : Atelier passage de grades 30 novembre : Corpore - Kanjis et Aikido 05 au 07 décembre : Leo Tamaki au Sakura Dojo14 décembre : Corpore - Sagesse du Corps et Hino Budo 18 décembre : Arnaud Lejeune au Sakura Dojo 29 décembre : Cours Steph's Birthday 02...

Claude Durix, un nom qui ne dira pas grand chose à pas mal de monde. Pourtant, il fut un des maîtres qui m'a le plus marqué. Je n'ai pas eu la chance de le rencontrer mais ses écrits, ses livres ont été des enseignements précieux. Je pense en particulier à Le Sabre et la Vie, magnifique ouvrage sur l'art du sabre détaillé par chapitres consacrés à chaque étape du Iaido avec des anecdotes, des paraboles et des parallèles empruntées à la vie.

Tout pratiquant de Budo s'est vu confronter un jour ou l'autre à la difficulté d'adapter sa gestuelle pour exécuter une forme technique autre que celle usuellement pratiquée. Moment fort de remise en question pour le pratiquant gradé comme pour le débutant, cette expérience sera abordée de différentes manières selon le niveau technique mais aussi selon l'état psychologique et l'ouverture d'esprit du pratiquant.Osensei01Le geste technique dans les arts martiaux est comparable au geste sportif de haut niveau, domaine où l'on parle d'habileté motrice et de capacité (gestuelle) d'un individu. Le débutant aborde cette gestuelle avec un potentiel qui lui est propre et qui dépend de ses prédispositions (corporelles) comme des ses acquis, au travers de l'expérimentation de l'usage du corps.

Cette saison s'annonce comme celle d'un commencement et d'un recommencement.beginning Suite à mon départ du Suki Dojo, plusieurs personnes m'on demandé pourquoi j'étais parti. En fait cela fut la suite d'une réflexion qui couvait depuis des mois si pas des années.