Marcher dans l’exploration martiale

Marcher est sans doute l’activité physique la plus répandue. Passés les premiers mois, l’enfant découvre la marche et il ne cessera plus de le faire jusqu’aux derniers jours de sa vie.

Marcher quoi de plus normal donc…

Quoique… Passé 500 mètres combien de personnes se plaignent d’avoir mal au dos, au pied, à la nuque, aux jambes !

Kono Sensei enseignant la marche

Manque d’entrainement ? Peut-être. Pourtant certaines personnes relativement sportives souffrent des mêmes maux et ces douleurs font le bonheur des vendeurs de chaussures. Semelles renforcées, chaussures orthopédiques, kiné en tout genre. Rien n’y fait ! L’homme moderne souffre de la marche.

Etrangement, jusqu’au début du vingtième siècle, les médecins recommandaient la marche avec des chaussures bien moins adaptées que celles dont nous disposons aujourd’hui ! Etaient-ils donc sadiques ou ignorants?

Reprenons les choses dans l’ordre, plutôt que de s’interroger sur la cruauté des médecins, observons les gens sur cette photo les gens marcher.

Que voyons-nous ? Ils tous penchés en avant, la nuque est creusée, le dos tordu, les bras se balancent… en somme la marche est une chute en avant que le corps amortit comme l’a si bellement sculpté Giacometti !

Mais est-ce la seule manière de marcher ?

Regardons comment les gens évoluaient au début du 20ème siècle : https://www.youtube.com/watch?v=2f8nhmuDCns

https://www.youtube.com/watch?v=V1ZPbs20RyQ

SI vous êtes attentifs vous observerez qu’ils ne tombent pas en avant. Ils se tiennent droits et c’est la jambe qui pousse la marche comme dans ce bas-relief grec ou encore dans cette carte postale plus récente.

Lors du W-E corpore, je vous propose de re-explorer la marche à partir de l’expérience des koryus japonais ou encore des travaux de Noëlle Perez-Christiaens qui est une des premières élèves occidentale de BKS Yengar.

Durant cet atelier, nous découvrirons comme l’évolution de l’aplomb a conditionné notre manière de marcher et les tensions dans le corps que cela génère. A l’inverse, nous expérimenterons comment, en retrouvant notre axe vertical notre démarche va évoluer naturellement. Ce sera alors l’occasion de re-découvrir des muscles que les enfants connaissent bien…

Avec Pierre Vandenheede

Fils d’un professeur de Yoga et de Tai Ji Quan, il baigne dans les disciplines corporelles dès son enfance. Il débute la pratique de l’Aikido et du Katori en 2001 avec Maître Cardon, une référence dans les arts martiaux européens et qui a étudié avec de grands noms tels les senseis Kawaishi, figure historique du judo dont il fut très proche, Sugino Père, Tadashi Abe, Kochi Tohei ou encore André Nocquet.
En 2004, il rencontre Jean Paul Blond, élève direct de Otake Sensei Shihan Tenshin Shoden Katori Shinto ryu et prend le Keppan en 2006 (serment d’affiliation à l’Ecole par le sang).

Pierre en demo au Sakura

En 2010, il découvre l’Aunkai et Akuzawa Sensei, une discipline qu’il pratique toujours régulièrement et dont il suit les formations intensives avec le fondateur.
En 2014, il est nommé Shidosha (représentant de l’école).
Se partageant entre des voyages réguliers au Japon pour étudier auprès d’Otake Sensei et de nombreux stages un peu partout, il enseigne à Bruxelles www.katori.be.

Si vous désirez nous rejoindre du 16 au 18 juin lors du We Corpore à Chaumont-Gistoux (25km au sud de Bruxelles), suivez ce lien : http://www.sakuradojo.be/inscriptions-week-end-corpore/

Retrouvez -nous également via la page facebook : www.facebook.com/ateliercorpore

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *