Je pense qu’en tant qu’enseignant d’Aikido, il arrive à un moment où une sorte de bilan s’installe.
Qu’ai-je fait durant ces années? Ai-je oeuvré pour le bien de l’art? Ai-je été à la hauteur dans différents domaines?
Ai-je contribué à de bonnes relations avec les élèves, entre les élèves et entre les gens? Mon caractère indépendant a-t-il été une bonne chose pour le dojo? Ai-je amené quelque chose aux élèves?
Et surtout, quel est l’élément qui nous donne une fierté du travail accompli?

Complicité lors d'une pause

Complicité lors d’une pause

Lors du stage d’été de Bruxelles avec Léo Tamaki, j’ai revu avec grand plaisir Nathan et quelque chose avait changé. De mon élève, il était devenu élève de Léo, d’un enfant, ll était devenu homme, de pratiquant déjà doué, il était en train de devenir une future référence.
Oui, une fierté m’a envahi à ce moment.
Et une question est venue à mon esprit : Nathan terminerait-t-il le processus Shu Ha Ri?

Shochu Geiko 2015

Shochu Geiko 2015

Shu correspond à l’intégration, c’est une période où l’élève travaille dans une imitation totale de son maître.
J’ai connu Nathan il y a 12 ans de cela, il avait six ans mais, enfant vraiment précoce, raisonnait déjà comme un adolescent et faisait déjà la crise due à cette période de la vie.

Hakama en 2008

Hakama en 2008

On peut voir directement si un élève est doué ou pas, Nathan l’était assurément mais encore ne suffit-il pas de l’être, il faut développer et faire vivre ce don par un travail incessant. Ceci allait être le cas, Nathan participant à tous les cours, tous les stages avec acharnement et enthousiasme, parfois trop et son mauvais caractère de l’époque lui jouait des tours, combien de fois ai-je du le rabrouer ou le faire descendre d’un étage.  Mais cela a créé entre nous une complicité et une entente qui durera la vie, c’est certain.

Danses japonaises (2008)

Danses japonaises (2008)

Je lui ai appris le peu que je sais et je pense qu’il est celui qui a le plus assimilé mon modeste bagage technique.

Avec Jean-Luc Fontaine (2009)

Avec Jean-Luc Fontaine (2009)

Ha est la période « destructrice ». L’élève travaille dans des directions parfois opposées à celle de son maître et fait le maximum d’expériences possibles afin de s’approprier ce qu’il a reçu dans l’étape précédente.
J’ai toujours permis et encouragé les enfants à participer aux stages organisés dans le dojo avec des professeurs extérieurs. Peu ont saisi cette chance pour des raisons diverses mais pas Nathan qui allait être toujours de la partie.

Avec Akuzawa Sensei (2011)

Avec Akuzawa Sensei (2011)

Participant aux Master Class avec Akuzawa Sensei, Kono Sensei, Allen Pittman et surtout Hino Sensei de qui il allait devenir très proche, sa pratique s’est forgée petit à petit au contact de ces grands du Budo.

Avec Hino Sensei (2014)

Avec Hino Sensei (2014)

Intéressé par la culture du pays du soleil levant, il poursuivra également le chemin créé par les petites initiations japonaises lors des stages enfants en suivant avec le plus grand des sérieux des cours collectifs et privés avec une professeur de renom jusqu’à maîtriser quasi parfaitement la langue aujourd’hui.

Certains jouent, d'autres lisent en japonais (2008)

Certains jouent, d’autres lisent en japonais (2008)

Mais c’est surtout en 2008 qu’un déclic eut lieu, il fit la rencontre avec Léo Tamaki et fut, comme la totalité des participants, perturbé par ce professeur et cet enseignement atypique pour nous qui étions habitués à un travail en force, en tensions, en ancrage et en torsions…

Avec Louis Van Thiegem (2012)

Avec Louis Van Thiegem (2012)

Au fil du temps, Léo allait devenir sa référence, Nathan allait le suivre un peu partout, en France, à Chaumont, à Bras et en Espagne à Valencia à un âge où on est plus intéressé par les jeux vidéos.

Traducteur avec Allen Pittman

Traducteur avec Allen Pittman

Il allait également devenir un compagnon d’entraînement des personnes désiseures de développer le Kishinkai par chez nous et devenir un pratiquant d’exception avec la confirmation lors de son passage Shodan de toute beauté, en précision et relâchement en 2014.

Après examen avec Charles-Antoine

Après examen avec Charles-Antoine

Non, Ha ne fut pas « destructeur » dans notre cas mais cela s’est fait en douceur.
Aujourd’hui, Nathan poursuit de brillantes études à Glasgow en Ecosse, il s’entraîne le plus souvent seul, faute d’avoir trouvé un dojo dont la pratique lui convenait.

Un collector de 2004

Un collector de 2004

Nous continuons à correspondre régulièrement et je suis toujours ravi d’avoir de ses nouvelles. Il ne manque jamais de venir me voir lorsqu’il revient en Belgique, qualité rare à notre époque où les relations humaines ne sont plus vraiment ce qu’il y a d’important.
Ha a donc été adouci par ce départ au moment où je n’avais plus rien à lui apprendre.

Yoga avec Sarah en 2010

Yoga avec Sarah en 2010

Ri, est l’expression véritable de l’art que l’élève, devenu maître à son tour, a développé. Il est au-delà de la dualité et ne cherche ni à imiter ni à se différencier. Il est devenu son art et l’art s’exprime spontanément à travers lui.
Ri se passe le plus souvent à un âge avancé, du moins, je pense, dans les anciennes écoles.

Demo Made in Japan (2014)

Demo Made in Japan (2014)

Je dis souvent à mes élèves qu’il serait bien qu’ils partent un jour, beaucoup rigolent à ces propos, pourtant c’est la logique saine du Budo de ne pas passer sa vie avec le même enseignant même si on peut continuer à se respecter et à pratiquer ensemble.

Au Sakura en 2010

Au Sakura en 2010

Nathan, à l’heure de ces quelques lignes, est en train de franchir un nouveau palier, il est au Japon pour découvrir et pratiquer avec les plus grands maîtres tel Kuroda Sensei, le premier de notre dojo à faire l’expérience.
A son jeune âge, il aura déjà vu et ressenti plus que la majorité d’entre nous.

Kagami Biraki 2013

Kagami Biraki 2013

Ri viendra très vite car que pourra-t-il encore voir à trente ans alors qu’à moins de vingt, il aura déjà quasi tout expérimenté.
Il est promis à un très bel avenir, c’est sûr…
A la fin du stage d’été, Nathan m’a serré contre lui pour me remercier du stage mais aussi pour tout, j’ai bien compris le sens de ces mots, ce fut le plus beau des cadeaux.

7 thoughts on “Le Shu Ha Ri de Nathan

  1. Superbe article. En lisant ces lignes on ressent ton bonheur et ta fierté en vers lui.
    Il est rare de voir des jeunes comme ça. Félicitation à toi pour lui avoir montré le chemin

  2. Dear Stephane,
    Thank you for the beatiful article and your kind wordt towards the next generation! I hope Robbert and I will be able to express such gratitude and pride when the time comes 🙂 Go go go Nathan 😀

  3. Thanks Chun, i’m sure that will happen with your students 🙂
    See you soon and i will cross my fingers for your dojo opening.
    Stéphane

  4. Très bel article Stéphane, et quelle fierté dans tes mots quant à Nathan, qui deviendra sûrement un grand maître!!

  5. Merci chère amie,
    Vous vous rencontrerez certainement un jour 🙂
    Bises
    Stéphane

  6. Une belle reconnaissance et une belle fierté pour l’enseignant. Un élève et un jeune enseignant de qualité. Merci pour ce que tu transmets à tes jeunes, et plus vieux ^^ Bel article See you soon

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *