Lors d’un stage passé avec Léo Tamaki, nous avions pas mal travaillé sur les distances de travail, ce que l’on pourrait traduire par « ma ai ».
Evidemment, l’arme utilisée était le Jo et si on se trouvait trop près du partenaire, celui -ci pouvait être facilement touché.

26902812616_523fdaf062_o

Cela m’a fait penser à un post publié il y a quelques années (inspiré par Malcolm Tiki Shewan, spécialiste du sabre et élève de Maître Tamura).
Je vous le republie en partie :
Un élément très important en Aïkido est la distance ou plutôt les distances.
Plus encore que lors du travail à mains nues, cet aspect est fondamental lors du Buki Waza car on se trouve «à la frontière entre la vie et la mort» et la moindre erreur de placement pouvait signifier la mort dans les temps passés. A notre époque, on risque toujours d’être blessé plus ou moins gravement en négligeant le ma ai.

ob_6b72dd_ob-5c6aa0-ob-45a4e0-kuroda-tamaki-vale間合, le ma ai
Ce concept est souvent mal interprété. Ma ai s’écrit avec deux caractères, 間合. Le premier est formé de la porte (門) et du soleil au milieu (日). La porte figure la maison, le chez soi, ce qui est le plus proche de l’homme, alors que le soleil qui filtre par la porte représente l’univers, ce qui est le plus grand concevable par l’homme. Ce caractère représente donc toute la distance entre l’infiniment proche et l’infiniment lointain. Le second caractère est le ai de Aïkido. Ma ai met donc en harmonie toutes les distances. En termes martiaux, Chiba Sensei définit le ma ai comme la capacité à atteindre l’adversaire sans qu’il puisse faire de même. Pour Arikawa sensei, quelqu’un maîtrisant le ma ai et le reishiki (la relation avec l’environnement, y compris l’étiquette) n’a besoin de rien d’autre. Au sujet de l’étiquette, il faut se rappeler que dans le cadre d’une société armée, le calme des relations est indispensable, car tout conflit dégénère rapidement. Pragmatiquement, la gestion du mai ai est différente d’une école à l’autre. Cette différence repose sur des conceptions correctes, transmises différemment. Ils existent plusieurs seuils de distance :
Le tō-ma (遠間) :
distance lointaine. Il correspond à trois longueurs de tatami. C’est dans le Japon féodal la distance minimale de salut entre inconnus. À cette distance, il est pratiquement impossible de développer avec succès une attaque-surprise, même lors d’un salut. Il s’agit également de la distance du premier salut lors de la réception des diplômes.

12605573_432003340331239_7770585619717517693_o

Le chu-ma (中間) :
distance médiane. Il correspond à deux longueurs de tatamis. C’est l’extrême limite de la distance permettant de réagir à une attaque surprise, à condition d’être sur ses gardes. Il s’agit de la distance d’engagement, à laquelle on se met en garde. Si les deux partenaires avancent et coupent, ils sont au contact. C’est le point de non-retour de l’affrontement.
Le chikama (近間) :
distance proche. Il correspond à la distance à laquelle aucun ne peut toucher l’autre d’un seul geste. Les pointes de bokken ne se touchent pas (contrairement à ce qu’on voit souvent). L’idée que les pointes doivent se toucher vient d’une mauvaise observation du kendō. Certes dans leur cas les pointes se croisent, mais le shinai de kendō est nettement plus long que le bokken.

ob_2a9f00_leo-tamaki-valencia-2016-dsc-4072

L’uchima (内間) :
distance interne. On est alors dans la sphère de l’autre, en mesure de le couper.

À mains nues, les distances sont peu ou prou les mêmes. Normalement, tout exercice se commence par un salut à trois tatamis, suivi d’une traversée de toutes ces distances. Le mouvement se déroule alors dans le moment où uke franchit la limite entre chikama et uchima. Ce concept s’est un peu perdu au fil du temps, peut-être parce que nous sommes en « temps de paix »…

3 thoughts on “La distance en Aikido

  1. Dans les écoles de sabres ont fait parfois la différence entre MA (la distance objective) et MA-AI (la perception/sensation de cette distance).
    C’est bien sûr la deuxième qui nous intéresse, car je peux être relativement loin mais dangereux ou au contraire très près mais impuissant. Que ce soit en raison de ma peur ou du niveau d’anticipation des mes mouvements de mon opposant, du fait que mon centre est « pris » par la personne en face de moi en encore pour des questions de positionnement. Autrement du plus biomécanique au plus subtil…

  2. la notion de Ma Aï est très difficile à définir. Votre article permet d’y voir plus clair pour définir le concept très évolué. En tant que prof d’aikido de Parthenay les autres concept m’était inconnus

  3. L aikido , c est essentiellement , le temps et la distance , travaillez l entrée et les atemis , les techniques sont à connaître , mais reste des opportunités ..

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.