Il est de ces personnes que vous connaissez depuis des années par le biais du net mais que vous n’avez jamais eu l’occasion de voir « en vrai ».  C’est le cas de Guillaume Erard que je connais depuis des années de cette façon. D’abord par le magazine Aikidoka dont il était un des responsables et pour lequel javais écrit quelques articles à l’époque.DSCN8893Le magazine disparu, nous avons continué à avoir des échanges réguliers, surtout par la visite de son site qui représente, à mes yeux, une mine d’or en matière d’historique de l’Aikido. Il y parle également du Daito Ryu Ju Jutsu, un art qu’il pratique régulièrement et qui l’intéresse au plus haut point. Aussi, lorsqu’il m’a proposé de venir en Belgique pour « pratiquer », je me suis empressé de lui demander de nous donner cours, ce qu’il a accepté avec grande gentillesse.
Et je dois dire que le premier contact s’est très bien passé, nous avons directement commencé à discuter des sujets qui nous intéressent, à savoir la pratique mais également sa vie au Japon (il relate d’ailleurs son arrivée à Tokyo dans le hors-série Dragon n°2, à lire…). C’est ainsi que j’ai appris que notre invité était un habitué quotidien de l’Aïkikai de Tokyo, étudiant avec quasi tous les Senseis mais  avec une attirance plus particulière pour les pratiques des Senseis Osawa et Miyamoto sans oublier le Doshu, bien sûr.DSCN8895Son parcours est également intéressant, il a débuté par le GHAAN de Maître Nocquet pour ensuite passer par le Yoshinkan de Shioda Sensei, l’Aikido de Christian Tissier et maintenant l’Hombu Dojo de Tokyo. Malgré tout ce beau chemin, son discours reste humble et, on le comprend, plein de passion.
Après une balade « bruxelloise » (bière comprise 🙂 ) en compagnie de sa charmante et joviale épouse, Megumi, nous nous rendons au dojo pour le cours proprement dit.
Il n’y a pas foule, je m’y attendais un peu au vu de la date « étrange » posée entre deux fêtes. Certains ont quand même  fait le voyage depuis Rotterdam, preuve qu’il reste encore des motivés de fin d’année. Il n’empêche que tout le monde va se donner à fond et profiter un maximum de ces instants.DSCN8890Notre invité pratique un style que je qualifie d’Aikikai et malgré son jeune âge possède une bagage impressionnant. Les deux heures allaient être placées sous le signe de Katate Dori avec une grande insistance et attention sur le travail des mains et surtout des pieds. Ce fut très enrichissant même si je me suis rendu compte que je me suis assez éloigné de ces gestes et placements. Néanmoins, j’aime toujours découvrir de nouvelles approches et je me suis appliqué, comme tous les autres élèves présents, à essayer de mettre en pratique les conseils éclairés de notre hôte.DSCN8887Guillaume est quelqu’un qui bouge énormément, passant dans les mains de tous et nous faisant sentir la technique sans chercher à s’imposer, juste pratiquer et enseigner dans un esprit d’ouverture et nous proposer quelques solutions, libres à nous de les prendre ou pas. En résumé, je me suis bien amusé lors de ce stage, j’ai bien apprécié les parallèles entre l’Aiki et le Daito Ryu, de nombreux éléments que nous ignorions pour la plupart d’entre nous ainsi que la liberté laissée dans la façon de faire.
Merci à Guillaume et aux participants pour cette très belle soirée  🙂DSCN8900

3 thoughts on “Rencontre avec Guillaume Erard

  1. Bonjour ,a tous je vous souhaite de passer des bonne fête de fin d’année 2013 est que la prochaine sois encore mieux que la précédente a vous est a vous proche amitiers MOMO aikido lesparres

  2. Salut Momo,
    Cela fait bien longtemps, j’espère que l’on se reverra bientôt 🙂
    A mon tour, je te souhaite ainsi qu’à ta famille et aux membres de ton dojo, une merveilleuse année 2014.
    Amitiés
    Stéphane

  3. Pingback

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *