Alain Lapierre

Alain Lapierre

Ce week-end des 21 et 22 février a vu la tenue d’un stage un peu particulier avec Alain Lapierre. Je vous ai déjà présenté la personne dans un ancien post ...Celà faisait un petit temps que l’idée d’organiser un stage ensemble avait fait son chemin et nous ne fûmes vraiment pas déçus…
Je connaissais Alain des stages enseignants en France mais je me demandais quel allait être le travail proposé. Dès le samedi, j’ai compris que notre invité avait travaillé et travaillait encore “l’anatomie corporelle” pas seulement dans le dojo mais également et surtout chez lui sur ses quelques tatamis privés.

Alain Lapierre Fev 2009 par vous

Les enfants s’en sont donné à coeur joie dans une magnifique ambiance, pas énormément de techniques mais surtout des exercices sur le placement et qu’apparamment Alain utilise également pour ses stages seniors, le tout en ronronnant et ne se disant “bonjour”;o))….
Pas mal d’élèves présents malgré le congé de carnaval et n’en ayant jamais assez…
Un bon repas (bien arrosé…) avec évidement les anecdotes de rigueur clotûreront cet agréable samedi.
Le dimanche, un stage adultes avec quand même une quinzaine de partcipants au cours duquel nous percevons encore mieux ce travail du corps, quel muscle bouge lors de tel mouvement.
Voilà l’application au Budo d’une merveille de livre qu’Alain m’avait recommandé il y a quelques temps : L’anatomie pour le Mouvement de Blandine Calais-Germain, une danseuse qui a su décrypter vraiment ce qui se passe dans le corps lorque nous bougeons.
Fidèle aux bases et à l’enseignement de Tamura Senseï, notre hôte nous fera travailler bien d’autres sensations que celles perçues habituellement et le tout souvent de façon très imagée et narré avec un bel accent du sud. Comme par exemple sur Ainhanmi Katate Dori Ikkyo, le fait d’ouvrir une porte et de rester dans l’encadrement (pour ne pas dire sortir du centre…).

Alain Lapierre Fev 2009 par vous

Sur Ikkyo Ura, on utilise un Tanto pour placer un atemi dans les côtes d’uke, ce qui nous placera de la meilleure des façons pour la technique en elle-même.
Sankyo sur la même attaque, on ne vrille pas pour provoquer une douleur au poignet mais bien pour travailler sur la colonne vertébrale d’Aite, ce qui fait ressentir tout autre chose. Alain mâtine ses propos de nombreuses références au livre précité que j’ai lu mais pas encore approfondi de manière aussi complète…
Celà me conforte dans l’idée que si l’on veut progresser vraiment, il faut faire un travail sur le côté, ne fut-ce que pour perfectionner ce qui ne va pas trop bien…
Comme disait un autre professeur, toujours travailler dans difficulté, c’est à dire en ce qui vous pose problème…
A très bientôt en Belgique, Alain, car voilà une nouvelle voie qui a séduit les élèves présents…
Quelques photos du stage (merci à Rose…)

No Comments

Post A Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.