Des plagiats de toutes sortes…

Des plagiats de toutes sortes…

Un petit coup de gueule
Le net étant ce qu'il est, les textes et surtout les images voyagent à la vitesse de l'éclair et amènent parfois (ou souvent) quelques dérives. Comme par exemple sur des affiches plagiées purement et simplement, le texte existant remplacé par un autre mais en ne prenant pas garde de supprimer les copyright du créateur de l'affiche. 
Cela peut ne pas paraître très grave mais de nombreux graphistes et photographes sont enregistrés auprès de la Sabam de l'image (j'ai oublié le nom) et pourraient les saisir en cas d'utilisation frauduleuse de leurs oeuvres. De plus, ce n'est pas très sympa envers les dépositaires du travail.

Il faut donc prendre garde à cela. Et de telles dérives m'arrivent parfois aussi. Dans la fureur de créer un évènement ou d'écrire un texte, on en oublie de mentionner les sources. Au début de l'aventure bloguienne, je pêchais également des écrits un peu partout sans trop prendre garde. Donc mea culpa, je prie les auteurs que j'aurais pu copier par le passé de m'en excuser.
L'histoire des mains
Il y a trois ou quatre ans, une série de photos ont été prises par la photographe Hélène Rasse mettant en scène Leo Tamaki et son frère Issei. Nous étions toute une équipe autour et avons pu goûté à la précision de son travail tout comme lors d'autres séances avec des maîtres comme Sugano Sensei, Hino Sensei, Kono Sensei, Waite Sensei, etc

Une des photos la plus utilisée de cette série doit être celle des "mains" que je vous mets en illustration. Je l'ai déjà vue à toutes les sauces, celle d'un ami me les présentant comme les siennes à un stage de Léo même ou sur certains sites web. Le summun du summun étant le détournement complet de la photo avec d'un côté la main de Léo et de l'autre (disparition d'Issei), celle d'un quidam ne connaissant pas trop l'Aïkido, à mon sens, tant ses doigts étaient serrés avec force (alors que je pensais qu'en Aïkido la main devait toujours être entrouverte). 

J'ai entrevu cela dans un dojo en Belgique. Devant mon étonnement, il me fut rétorquer  qu'il ne s'agissait pas de la main de Léo mais d'une autre main mais, pas de chance, j'ai un truc pour reconnaître la main de Léo (j'en vois sourire, là :-)). Il a les mains faites pour les arts martiaux tout simplement…
Bon, cette photo, je l'utilise aussi, je l'avoue, elle est sur la porte de mon petit dojo car je la trouve très réprésentative de l'art, mais en la laissant telle quelle et surtout en mentionnant l'origine. 
Alors, n'oublions pas le travail des artistes….et les photos de ce petit pamphlet sont ©helenerasse
Ps : si vous ne savez pas comment mettre le sigle copyright, il suffit de faire ceci sur votre clavier : Alt+0169

4 Comments
  • Guillaume
    Posted at 09:05h, 18 octobre

    Tu as bien raison de pousser ce coup de gueule. Le plagiat est un fléau de notre époque, que le web n'a fait que renforcer. C'est également un gros problème au niveau de l'enseignement tant universitaire que secondaire. Il est tellement facile de taper quelque mots clé dans Google et copier ce que l'on trouve plutôt que de créer un travail original. C'est dommage et je pense qu'il y a une vrai perte de créativité à ce niveau.

  • Steph
    Posted at 09:28h, 18 octobre

    Hello Guillaume,
    Merci du message 🙂
    Eh oui, voilà un des problèmes de nos jours bien qu'il y en aie de bien plus graves quand même 🙂
    Belle journée
    Stéphane

  • Albert
    Posted at 17:09h, 21 octobre

    Bonjour Stéphane,
    J'ai été surpris de voir que l'on utilise encore des photos de moi et de mes clubs dans la pub d'une certaine méthode!!
     Il faut croire que mon shisei n'est pas trop mal… ;-))
    Au plaisir de te voir bientôt.
    Amicalement,
    Albert

  • Steph
    Posted at 17:47h, 21 octobre

    Hummm, jai un petit doute sur ce dont tu parles 😉
    Eh oui, le plagiat est partout et encore plus avec un bon Shisei comme le tien, c'est sûr 🙂
    A cette semaine, pt-être…
    Amitiés
    Stéphane

     

Post A Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.