Façon d’être

Façon d’être

Un comportement courant est de répondre à la violence par la violence. Cette solution aux conflits ne peut être qu’une solution à court terme, car la violence n’engendre que la violence, le désir de revanche, la soif de vengeance. L’aïkido nous offre une élégante façon de sortir de ce cercle vicieux. Il y a dans la technique d’aïkido une exigence élevée et d’une noblesse louable. A savoir que l’on veut se préserver mais pas à n’importe quel prix. L’ aïkidoka cherche à préserver sa vie, certes, mais aussi celle de son partenaire. Le mouvement d’aïkido n’est pas une sanction. L’aïkidoka ne juge pas, et son attitude est empreinte du respect de l’autre. La technique, même si elle est assez tonique est toujours appliquée avec compassion. Il se passe alors quelque chose qui peut paraître magique, c’est que l’agresseur ne ressent lors de la réalisation du mouvement aucune agressivité et de ce fait il n’a plus envie de réattaquer. Il est contrôlé, désarmé, mais son attaque n’a pas été bloquée, elle a pu s’exprimer, à la nuance près qu’elle n’a pas atteint sa cible. Ce coup qu’il a porté dans le vide a permis a son agressivité de s’extérioriser, et en même temps lui a fait prendre conscience de l’inutilité de son attaque. Le mouvement de l’aïkido est fait pour transformer le mental de l’agresseur, pour le pacifier, pour retirer en lui l’agressivité.

En cas d’agression dans la rue, une simple esquive suffit parfois à dissuader le partenaire de revenir à l’assaut. Il existe l’exemple d’un pratiquant qui s’est fait attaquer par quelques personnes, il s’est contenté de faire un randori d’esquives. Les agresseurs, voyant la mobilité de leur cible, et lassés de frapper dans le vide se sont arrêtés spontanément au bout de quelques attaques, et tout c’est fini le mieux du monde : ils ont fait connaissance puis sont allés boire un pot ensemble !
Mais tout ne se passe pas aussi bien. L’aïkidoka a alors toujours l’opportunité de réaliser une projection un peu plus dissuasive, et en cas de besoin il nous reste toujours la possibilité d’immobiliser. Les immobilisations d’aïkido sont redoutables…. Mais il n’est pas toujours nécessaire d’aller jusque là…

1 Comment
  • Trax
    Posted at 09:34h, 13 mai

    Bonjour,

    Afin d’illustrer ce message, j’aimerai citer ce cas de figure très “concret”.
    Il est intéressant de constater que certaines personnes sont plus souvent exposées que d’autres aux agressions de la vie quotidienne. Mon amie me raconte souvent le soir venu ses péripéties qui lui sont arrivées en voiture en allant ou revenant du travail, assez souvent un automobiliste sur la voie rapide est arrivé à vive allure derrière elle lui priant de se ranger afin de lui laisser place libre, manifestement cet automobiliste désirant rouler plus vite qu’elle et souhaite profiter de la route à loisirs.
    Bien sur, le discours que mon amie me tiens est beaucoup moins soutenu et je vous épargne les détails, la phrase commence plus souvent par “j’ai encore ou un C.. qui m’a collé”. En générale je tiens toujours cette même réponse : ‘C’est bizarre, à moi ça ne m’arrive jamais !’.
    La route est vraiment un laboratoire d’étude aux principes de l’Aïkido , et les exemples seraient nombreux.

Post A Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.