Le parler

Le parler

Dos dos
Parler sur le dos des gens est une habitude bien répandue dans le monde et ce depuis la nuit des temps. Et on retrouve cette facheuse tendance dans bien des dojos et autour des tables d’après cours ou stages.
Je n’échappe pas à cette règle et je me surprends de temps en temps à parler d’une telle ou telle personne ou d’un dojo en critiquant légèrement ou parfois moins gentiment 🙂
Maintenant, je suis certain que cela doit “parler” sur ma personne, de par certains choix ou écrits ou même de personnes fréquentées.

medire1

Mais pourquoi parler sur d’autres personnes?
Je pense tout d’abord que cela est lié à la DIFFERENCE, on retrouve cela dans la société, les gens qui ne sont pas comme NOUS sont forcément différents, attitude qui peut conduire au racisme, à l’intolérance et à des manières encore plus extrémistes.
Dans les arts martiaux et dans l’Aikido à fortiori, on peut retrouver des aspects similaires, tout ce qui est différent est forcément suspect et donc critiquable.
Si quelqu’un ne pratique pas comme nous, mmmm, pas bon donc on va essayer de le descendre par les mots. Si quelqu’un est dans un autre groupement, fédération ou style, même leitmotiv. Et si la façon de faire n’est pas la même , itou.
On s’éloigne quand même fortement de l’idéal voulu par O Sensei, l’HARMONIE.

medire2

Peut-on créer des mots?
On peut provoquer le parler sur soi quand même en n’étant pas comme les autres et en l’affichant grandement ou du moins en ne le cachant pas. Il y a parfois une forme de provoquation voulue ou non voulue à générer des mots à l’encontre du destinataire.
Il y aussi “l’allumage”, on lance un mot ou plusieurs ou sachant que cela va déclencher un tapage dans le dos en règles. Par exemple : “tiens, hier,  j’étais au Sakura et c’était pas terrible”. Là-dessus, il y a risque d’enchaînement vers le négatif.

medire3

Et si on parlait en bien?
Aujourd’hui, le lendemain du décés de Nelson Mandela, beaucoup de monde se réclame “fan” de ce grand homme qui avait pardonné à ses tortionnaires d’antan et voulait que son peuple reste uni quelques soient les différences. Mais certains d’entre eux parleront peut-être dès ce soir sur le dos des autres.
Alors, n’est-ce pas le jour idéal pour commencer le “bien” et la non-médisance?
Soyons optimiste…

8 Comments
  • Paul Janssen
    Posted at 18:25h, 06 décembre

    Nelson Mandela spoke this words during his inauguration in 1994.

    It is of value if you wish to understand and protect oneself in all these manifestation of self insecurity too?

    Our deepest fear is not that we are inadequate.

    Our deepest fear is that we are powerful beyond measure. It is our light, not our darkness that most frightens us.

    We ask ourselves, Who am I to be brilliant, gorgeous, talented, and fabulous?

    Actually, who are you not to be?

    You are a child of God. Your playing small does not serve the world.

    There is nothing enlightened about shrinking so that other people will not feel insecure around you.

    We are all meant to shine, as children do.

    We were born to make manifest the glory of God that is within us.

    It is not just in some of us; it is in everyone and as we let our own light shine, we unconsciously give others permission to do the same.

    As we are liberated from our own fear, our presence automatically liberates others.

    As children do.

    We were born to make manifest

  • Steph
    Posted at 19:26h, 08 décembre

    Thanks, Paul, for those good words 🙂
    Friendly
    Stéphane

  • Monique
    Posted at 19:28h, 13 décembre

    Bonjour Stéphane,

    Le sujet que tu évoques dans ta publication est un sujet qui me tient aussi à cœur.
    J’y pense souvent, aussi je me permets de te laisser un commentaire avec mes réflexions. Ce n’est pas directement lié au “parler” c’est surtout sur le jugement.

    Le jugement peut nous aider à nous situer dans la société et par rapport à nous mêmes. Quelque part ça nous aide à savoir ce qu’on est ou ce qu’on est pas, ce qu’on veut, ce qu’on vaut, vers où on veut aller, …

    Maintenant il y a aussi des gens qui jugent égoïstement pour se valoriser… (« regarde cette personne, comme elle est conne » avec un rire derrière). Ca lui permet de se sentir « plus valorisé »
    par rapport à l’autre personne.

    Je pense enfait qu’il y a deux façons de juger : par rapport à ce que l’on prend et par rapport à ce que l’autre personne nous donne.

    Quand on juge par rapport à ce que l’on prend, on est finalement souvent très loin de la vérité. On se permet de mettre une étiquette sur une personne ou une situation sans connaître (et sans essayer de connaître) : la personne, ses antécédents, les raisons de ce choix, on a pas toujours la connaissance du sujet que l’on juge,… Du coup ce jugement n’a aucune valeur.

    Quand on juge par rapport à ce que l’autre personne nous donne, alors c’est déjà un jugement plus noble. C’est être attentif à l’autre, à son écoute, essayer de comprendre sa situation, ses antécédents, sa façon de fonctionner, de vivre, de voir les choses,… Ce jugement repose donc sur des éléments concrets. Après on croit comprendre la personne, mais au fond elle vit peut-être les choses tout à fait différemment, du coup on lui met quand même une étiquette sur le front. Même ce jugement n’a en soi pas de raison d’être.

    Ne pourrait-on pas vivre ça d’une toute autre façon encore, n’apportant réellement aucun jugement? On arrive alors à un stade où on est en communication avec l’autre (lien) et en totale acceptation de ce qu’il veut nous donner. On ne lui met aucune étiquette.
    Dans ce cas, et pour vouloir se situer voir dans le but d’évoluer, on pourra travailler avec les PERCEPTIONS. « Tiens je perçois, j’ai l’impression que cette personne est quelqu’un d’organisée ».
    Finalement si elle l’est vraiment ou pas, cela n’a AUCUNE importance. Cela nous permettre tout simplement de faire un travail sur nous-même (qui était donc pour moi le seul but positif du jugement). Est-ce que moi aussi je suis quelqu’un d’organisé ? Est-ce que je voudrais être (plus) organisé ? Qu’est-ce que je peux mettre en place pour être (plus) organisé ?,…

    Dans ce cas, on reçoit ce que la personne nous a donné (ce qu’on a perçu en tout cas), dans une communication et une acceptation de l’autre, sans lui donné une étiquette ou sans la mettre dans une boite, pour évaluer ce qu’on peut et veut faire avec cet élément.

    De plus j’ai l’impression qu’en mettant une étiquette sur une personne, c’est quelque part la bloquer dans son changement, son évolution. Et honnêtement, je pense que nous voulons tous que le meilleur pour nos ami(e)s 🙂

    Parfois on juge aussi pour suggérer à cette personne qu’il faudrait qu’elle change ceci ou cela pour son propre bien (donc dans son intérêt).
    Mais même ce jugement n’a pas lieu d’être, car ce n’est sûrement pas notre rôle ! Soit la personne connaît son « défaut » mais ne veut pas faire autrement, ou ne sait pas faire autrement, et si elle a besoin d’aide, elle le demandera. Ou elle ne se rend pas compte de son « défaut ». Dans tous les cas chaque apprentissage doit se faire par la personne elle-même, c’est pour moi une loi. Et puis qui sommes nous pour dire à l’autre personne vers où elle doit aller ??

    Monique
    (PS: nous nous sommes rencontrés vendredi dernier au stage d’aikido donné par Leo, je viens d’Arlon)

  • Steph
    Posted at 20:42h, 13 décembre

    Merci Monique pour ce long commentaire bien intéressant et reprenant une belle analyse. Oui, je me souviens de 2 soeurs d’Arlon présentes le vendredi mais je ne vois pas laquelle tu es 🙂
    Amicalement
    Stéphane

  • Monique
    Posted at 20:50h, 13 décembre

    :p
    On aura encore l’occasion de se revoir 🙂

  • L.
    Posted at 18:24h, 17 janvier

    “Les mots sont des fenêtres (ou bien ce sont des murs)” de Marshall Rosenberg

    😉

    Et j’aime beaucoup aussi (lectrice assidûe) de Jacques Salomé… Il a bien des choses à dire si l’on souhaite l’entendre 😉

  • Steph
    Posted at 15:06h, 18 janvier

    Deux très belles citations qui laissent à réflexion.
    Merci Laurylan 🙂
    Bises
    Steph

  • L.
    Posted at 23:10h, 18 janvier

    En fait c’est le titre d’un livre 😉

Post A Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.