Zen et fine fleur

Zen et fine fleur

Le monde est pétri de violence, il suffit de lire les journaux ou de regarder les infos télévisées pour être confronter à ce fléau bien de notre temps mais qui a existé à toutes les époques, simplement l’information circulait beaucoup plus lentement ;o)), les mérovingiens n’ayant pas encore de blog, télé et gsm…
Il est souvent bien difficile de rester zen face à ce débit, les derniers jours j’ai bien réfléchi à tout celà (encore plus que d’habitude) et me suis demandé pourquoi tant de guerres, de terrorisme, de tags sur les trains, tant d’idiots roulant comme des “fangios”, pourquoi tant d’irrespect dans les transport en commun, pourquoi ces meurtres horribles dans une crêche envers des êtres si innocents? pourquoi ces attaques dans des écoles? pourquoi un superhéros dans une 4×4 Bmw me coupe la route de façon dédaigneuse…Est-ce vraiment le reflet de la société?
 

Et je me suis aussi demandé pourquoi quelqu’un avait jugé amusant de griffer le capot de ma voiture de façon bien gravée, je ne roule pas en Maserati et elle a bientôt 10 ans; le tout d’une façon bien lâche certainement sur un parking peu fréquenté, encore un coup d’une branche de la “fine fleur”…. Bien sûr ce n’est que du matériel mais c’est surtout le geste gratuit qui me désole…Il y a bien pire que quelques griffes…
Il n’empêche, je pense que si j’avais pris ces “courageux” sur le fait, mon “zen” aurait fondu et mes “principes” disparus…
Je pense qu’il y a quelques années, mon sang n’aurait fait qu’un tour et je les aurais bien secoué tel un cocotier, heureusement je me suis assagi avec l’âge et les castagnes de jeunesse sont bien loin…aurais-je été efficace pour autant?
Comment être efficace dans ce cas? Rentrer dans le tas? Faire semblant de rien? S’enfuir? Non, non, ce n’est pas ma voiture ;o)…J’en ai ressorti une petite réflexion sur l’efficacité…
Bien évidement un des buts de l’aïkido est l’efficacité. Mais que mettons nous derrière ce mot ? Être efficace, cela veut seulement dire atteindre l’objectif que l’on s’est fixé. Et nos objectifs peuvent être multiples et variés, ce qui fait qu’il y a 1000 manières d’être efficaces : un avion qui s’écrase sur deux tours à Manhattan est efficace. Une bombe atomique qui rase une des plus grande ville du Japon est efficace. Mais le bol de riz que vous donnez à l’enfant qui a faim est efficace aussi. Le vaccin qui guérit du sida est efficace également. Il faut donc bien discerner deux types d’efficacités : d’une part l’efficacité qui détruit, et d’autre part l’efficacité qui protège la vie. 
 

Un aïkidoka, par les techniques qu’il possède a la possibilité de choisir entre ces deux types d’efficacité. Il doit donc rester vigilant sur la direction qu’il choisit de prendre, et comment il entend utiliser son potentiel. Ce qui pourrait sauver ces perdus serait peut-être l’étude d’une voie similaire à la nôtre. En effet, la clef de voûte de l’enseignement et de l’éducation de l’Aïkido repose sur l’observation stricte d’une étiquette qui établit les bases de rapports humains fondés sur le respect de soi-même et d’autrui. Ainsi l’on fait du salut mutuel et des remerciements réciproques une habitude saine qui, par le bénéfice de la répétition quotidienne, vient remplacer efficacement toutes les velléités entre personnes et l’usage malheureusement banalisé d’injures au sein de certains groupes ou individus. C’est en quelque sorte l’apprentissage de la diplomatie, mutuellement consentie et appliquée par chaque membre du groupe. 

2 Comments
  • Laurylyan
    Posted at 09:32h, 06 mars

    Merci pour cet article. Je l’ai trouvé très intéressant et ta réflexion sur l’efficacité incite à la réflexion.

    De prime abord, je ne suis pas totalement d’accord avec toi, mais je me dois d’y réfléchir un peu plus avant de rédiger un commentaire ou un article ( 😉 ) en réponse.

  • Jean-Claude
    Posted at 16:07h, 16 mars

    Merci pour ce post fort intéressant : choisir entre Katsujinken et Satsujinken.
    Plus j’avance, plus je me rends compte que la recherche des hommes dans les budo traditionnels gagne à être soumise à l’écoute et au regard des femmes. En effet,je me rends compte que notre plus grande différence physiologique (la femme peut porter et donner la vie) rend la tâche difficile aux hommes cherchant la paix d’expliquer que les arts martiaux en sont une voie “efficace”. Comment rendre compte de l’évolution du budo de “katsujinken” vers “satsujinken” à des femmes pour qui se battre,faire la guerre,détruire ne sont pas les premiers moyens de se défendre ? Je caricature bien sûr mais dans les grandes lignes, les hommes et les femmes sont très différents sur ce plan là.
    Avoir le choix entre Katsujinken (le sabre qui tue) et Satsujinken (la sabre qui donne/préserve la vie). Il faut un cheminement extrêmement long pour y arriver.

Post A Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.