+32 473 63 99 30

Appel des abeilles

Appel des abeilles

Des milliards d'abeilles sont en train de mourir en silence, et toute notre chaîne alimentaire est menacée. Les abeilles ne font pas seulement du miel, elles sont une humble et géante force de travail, pollinisant 90% des plantes que nous cultivons.
De multiples études scientifiques mettent en cause un groupe de pesticides toxiques pour expliquer leur rapide disparition, et les populations d'abeilles augmentent là où ces produits ont été interdits. Mais les puissantes industries chimiques exercent un fort lobbying pour continuer à vendre ce poison. Notre meilleure chance de sauver les abeilles est de pousser l'Union Européenne et les Etats Unis à interdire à leur tour ces produits — leur action est cruciale et aura pour effet d'entraîner le reste du monde.


Nous n'avons pas de temps à perdre — le débat fait rage quant aux mesures à prendre pour sauver ces espèces. Il ne s'agit pas seulement de sauver des abeilles, il s'agit de notre survie. Créons un buzz planétaire appelant l'Union Européenne et les Etats-Unis à faire interdire ces produits chimiques mortels et ainsi sauver nos abeilles et notre alimentation. Signez la pétition urgente, et faites la suivre à tous, nous la remettrons principaux décideurs:

https://secure.avaaz.org/fr/save_the_bees/?vl

Les abeilles sont indispensables à la vie sur terre — elles pollinisent chaque année les plantes et les cultures pour une valeur estimée à plus de 40 milliards de dollars, représentant plus d'un tiers de l'approvisionnement en nourriture dans beaucoup de pays. Sans aucune action immédiate pour les sauvegarder, beaucoup de nos de fruits, légumes et noix favoris pourraient disparaître de nos étals.
Ces dernières années ont été marquées par un profond et inquiétant déclin mondial des populations d'abeilles — certaines espèces d'abeilles ont déjà disparu, et la semaine dernière nous avons appris que d'autres espèces aux Etats-Unis ne totalisent plus que 4% de leur population d'origine. Les scientifiques avancent plusieurs explications. Certaines études indiquent que le déclin est dû à une combinaison de facteurs incluant maladie, perte de l'habitat, et produits chimiques toxiques. Mais des recherches indépendantes à la pointe du sujet ont mise en avant de fortes preuves mettant en cause les pesticides du groupe des néonicotinoïdes. L'Italie, la Slovénie et même l'Allemagne, où est basé le principal fabriquant Bayer, ont interdit certains de ces produits. Mais Bayer, Syngenta et d'autres continuent d'exporter ce poison dans le monde. Et la France, pendant un temps fer de lance des interdictions, vient tout juste de renouveler pour un an l'autorisation commerciale d'un produit phare contenant cette substance toxique.

La question devient brûlante car de nouvelles études majeures ont confirmé l'étendue du problème. Si nous pouvons amener les décideurs européens et étatsuniens à agir, d'autres dans le monde suivront. Cela ne sera pas facile. Une fuite révèle que l'Agence de Protection de l'Environnement des Etats-Unis avait connaissance des dangers de ces pesticides mais les a ignoré. Le document indique que le produit "hautement toxique" de Bayer représente "une préoccupation de risque majeur pour les insectes non ciblés [les abeilles]".
Nous devons faire entendre nos voix pour contrer la très forte influence des industriels sur les décideurs politiques et les scientifiques en Europe et aux Etats-Unis où ils financent les études et siègent dans les organes de régulation. Les vrais experts — les apiculteurs et les agriculteurs — demandent l'interdiction de ces pesticides mortels pour les abeilles, jusqu'à ce que, et seulement si de solides études indépendantes prouvent qu'ils sont sans danger. Nous ne pouvons plus laisser notre fragile chaîne alimentaire aux mains d'une recherche contrôlée par les entreprises de chimie et les organes de régulation que ces industriels soudoient. Bannir ce groupe de pesticides nous rapprochera d'un monde plus sûr pour nous-mêmes et pour les autres espèces que nous aimons et dont nous dépendons.

J'ai une tendresse particulière pour ces beaux insectes et j'avais déjà publié ce post relatif au problème qui n'est pas neuf.
 

4 réponses

  1. Emma dit :

    Bonjour Steph,
    oui, ça laisse songeur, mais étrangement, tout cela est dans la droite lignée des priorités actuelles…L'argent, l'argent, encore l'argent et toujours l'argent. Tout le monde s'en fout au final de demain et des autres…sauf si on peut en tirer profit, pour sa petite gloriole…Cela me fait penser à une des scènes de "Derzou Ouzala", le film de Kurozawa, dans laquelle le protagoniste laisse quelques victuailles, ou de quoi faire du feu je ne sais plus, dans la petite cabane, pour le prochain passant qui arrivera derrière lui…Ou encore ce rite touareg, qui consiste à laisser des cailloux dans le désert derrière un camapement, pour que ceux qui suivent ne se perdent pas…C'est ça qu'on ne sait plus faire, c'est ça je crois, qu'on a perdu…
    Je t'embrasse et te souhaite une belle année 2011, pleine de réussite et de bonheurs auprès des tiens,
    Emma

  2. Steph dit :

    Hello Emma,
    Merci et belle année à toi!
    Ah, Derzou Ouzala, vraiment un film magnifique, a diffuser un peu partout.
    Bizzz
    Steph

  3. Laurylyan dit :

    Tentative de prendre le contrôle de la sphère de la reproduction végétale par les entreprises agro-alimentaires.
    En un mot "breveter la vie".
    Avoir le contrôle de la chaîne de reproduction permet d'avoir le contrôle sur toute la chaîne.
    Il sufit de regarder à qui appartiennent ces pesticides à fort pouvoir mortifères "collatéraux" et la réponse est limpides…
    "We are doomed!" Elle est pas belle la vie ? 😀

  4. Steph dit :

    Hello Laurylan,
    Il suffit de lire "le monde selon monsanto" pour comprendre les buts…
    La nature se vengera un jour (elle a déjà commencé d'ailleurs) et sera toujours la plus forte…
    Bises
    Steph

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.