+32 473 63 99 30

Hino Budo Dance

Hino Budo Dance

Hino Sensei a formé un grand nombre de personnes à la transformation du corps en dehors des arts martiaux et en particulier des danseurs. La compagnie la plus connue est évidemment celle de William Forsythe, véritable référence de la danse contemporaine. Je vous invite d’ailleurs à visiter le site d’Hino Sensei mêlant danse et le Budo. Celui -ci reprend des articles et témoignages sur les rapports entre les disciplines.


Une photo que j’apprécie grandement (source : Site de Hino Sensei)

En faisant quelques recherches, je suis tombé sur cette vidéo mettant en action William Forsythe himself. Et quand on y regarde bien, c’est du Budo à l’état pur, en relâchement…
Un extrait d’un article paru sur le blog de Léo Tamaki :
Y-a-t-il aussi un lien avec la danse?
Oui il y a un lien. Il y a des danses qui se pratiquent seul mais aussi beaucoup où l’on est deux, trois ou plus. Dans la danse les mouvements sont prédéfinis et l’on bouge de concert. Mais le travail sur la saisie de l’intention peut s’apparenter.



Hino senseï dans un séminaire pour danseurs (leotamaki.com)

Je pense que Hino senseï parle surtout ici d’improvisation comme il y en a beaucoup en danse contemporaine, bien que la coordination d’un ballet demande aussi de saisir l’intention de ses partenaires.
Alors qu’il n’a jamais étudié la danse, Hino senseï est un danseur exceptionnel. Lorsqu’il rencontre William Forsythe celui-ci lui parla de ses recherches, des mouvements qu’il imaginait mais ne parvenait à réaliser ou faire réaliser depuis plusieurs décennies. Hino senseï se mit à bouger et Forsythe s’écria « Mais c’est cela! C’est tout à fait cela. »
Le contrôle du corps de Hino senseï, sa sensibilité, sa capacité à sentir l’intention lui avaient permis de donner vie à plusieurs dizaines d’années de recherche. Comme Musashi il appliqua la maîtrise de son art à un autre domaine avec le succès que l’on connaît…
Hino Sensei sera en Belgique pour une Master Class Exceptionnelle le lundi 30 mai et le mardi 31 mai de 19h30 à 22h00.
Toutes les infos sur : www.master-classes.eu

6 réponses

  1. emmanuelle dit :

    Bonsoir la Belgique,
    Oui, je crois en effet que la danse et le budo entretiennent des liens étroits. C’était ce que pensait Tamura Senseï et aussi Toshiro suga, et sans doute bien d’autres, mais mes connaissances étant  ce qu’elles sont J Je crois que pour danser, il faut un abandon du corps, à l’espace, à l’autre, et à la musique…La  musique de l’autre aussi et surtout, son « swing » et donc, son « intention », quelle qu’elle soit. Les danseurs qui se retrouvent sur un tatami placent leur corps plus facilement, ils le situe, l’agence plus intuitivement en fonction de l’autre en effet, même s’ils ne connaissent strictement rien à la technique qu’ils doivent travailler au départ. Ils se fondent plus aisément dans le mouvement de l’autre je crois, enfin c’est ce que j’ai éprouvé, chez moi et aussi dans mon travail avec d’autres danseurs sur les tatamis. Ne se servant pas de leurs corps dans l’intention d’un combat, même simulé, on a le sentiment qu’ils vont plus loin dans le mouvement, qu’ils ne sont aps embarrassés par l’intention de l’efficacité à tout prix…Alors se servir de l’esprit de la danse pour enrichir le budo….Oui, mille fois oui J)))
    Bizzz aikidokatées sur un rythme…cha cha cha :-DDDD
    Emma

  2. Steph dit :

    Hello Emma,
    Je suis un bien piètre danseur 🙁 et pourtant les écrits sur la danse et aussi certains exercices m'intéressent.
    Comme toi, je pense que les danseurs ont bien plus de facilité à "se placer" dans le mouvement, j'ai déjà pu vérifier cela lors de cours dans lesquels évoluaient des gens formés à la danse.
    Dans le cas d'Hino Sensei, il s'agit plutôt de Budo appliqué à la danse mais on pourrait très bien faire l'inverse, Jacques Bardet avait d'ailleurs un jour organisé un stage avec une danseuse, Blandine Calais-Germain qui a écrit pas mal de livres que je conseille à tous les pratiquants non-danseurs et danseurs 🙂
    Les infos sur http://www.calais-germain.com
    Bisous tangotés 🙂
    Steph

  3. Eve dit :

    Bonsoir Stéphane,
    Les liens entre budo et danse, voilà un sujet très intéressant ! Je suis allée relire l’article de Leo Tamaki, ce que dit Hino sur le travail de « perception » (himochi ? j’ai peur de dire une bêtise) de l’adversaire ou partenaire est très éclairant. (Et quel dojo extraordinaire dans les montagnes : le rêve…)
    Il y a d’autres compagnies qui « font appel » aux arts martiaux, je citerais les ballets Béjart de Lausanne où le kendo fait partie des disciplines enseignées. çà doit être enrichissant de pratiquer avec des danseurs pour leur capacité à pratiquer sans force et en total relachement.
    en conclusion, vous avez de la chance de recevoir un tel maître 😉

  4. Steph dit :

    Hello Eve,
    Merci pour ce commentaire éclairé. Je n'ai pas relu l'article de Léo depuis un petit temps mais je viens de le faire :-). Le mot dont tu parles est "Kimochi". Perso, ce sera ma première recontre avec Hino Sensei, je te dirai donc mes impressions paprès le stage à propos du ressenti.
    Belle soirée
    Stéphane

  5. Eve dit :

    « Kimochi » : encore un mot japonais intraduisible avec 30 niveaux d’interprétation possibles… (mauvaise foi 🙂
    Je serais très curieuse de lire ton feedback sur Hino sensei… à suivre donc !

    Eve

  6. Steph dit :

    Eh oui, il y en a beaucoup des mots comme ca.
    Comptes sur moi pour le compte rendu 🙂
    Amicalement
    Stéphane

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.