La montagne

La montagne

Découvrir l’aïkido est une des plus belles aventures que nous puissions vivre. N’hésitons donc pas à la comparer à l’ascension de l’Everest. 8800 mètres à gravir. 1000 mètres franchis, on peut comparer à un dan de passé … en haut, le 9ème dan…ou l’objectif que vous vous êtes fixé dans votre pratique (ceux -ci peuvent varier…) Les débuts sont aisés, on progresse sur des sentiers bien balisés, en chemisette et en baskets, en devisant gaiement avec ses compagnons d’ascension, tout comme le débutant qui parle sur un tatami. Passés 1000 mètres, il faut commencer à se couvrir. Passés 2000 mètres, les baskets doivent être remplacées par des chaussures plus adaptées. Mais on est encore dans la facilité. On s’élève encore, et notre regard peut se porter plus loin. Nous découvrons avec bonheur un paysage dont nous ignorions jusqu’à l’existence quand nous étions au début du chemin. Mais les difficultés que l’on rencontre dans l’ascension vont en grandissant, on rencontre la neige, la glace, des parois abruptes.


 

Chacun se tait pour rentrer en lui-même et mettre toute son énergie dans l’ascension. La technique doit être maintenant plus fine, les gestes plus précis, car une erreur peut être lourde de conséquence. Notre regard peut maintenant apercevoir des sommets plus lointains. Ce paysage que l’on découvre en s’élevant, c’est la réalité physique, à savoir la technique. Plus on monte, plus l’on s’enrichit au niveau technique. Et puis un jour, notre vue ne peut plus se porter plus loin. On aperçoit la ligne de courbure de la Terre. C’est la maîtrise de la technique, qui correspond à peu près au 5ème dan. 5000 mètres. La vue est superbe. Et pourtant on n’est pas arrivés au sommet. Encore 3800 mètres d’efforts. Depuis le début de l’ascension plus l’on monte plus les difficultés augmentent. De même les délais augmentent entre chaque grade. Deux ans du 1er au 2ème dan, trois ans du 2ème au 3ème, etc. Au 5ème dan vous maîtrisez la technique (ce qui reste à démontrer…). Mais le chemin qui vous reste à parcourir est immense, car l’essentiel du travail à fournir, l’essentiel des difficultés à vaincre, n’est plus du domaine de la technique, mais du domaine de l’esprit. Et là, on rencontre les vraies difficultés.


 

Quand on dépasse 5000 mètres, l’oxygène se raréfie. On ne parle plus, on cherche à économiser ses mouvements. Plus de précipitation ou de gestes brusques. A partir du 6ème dan les mouvements se dépouillent de plus en plus. La technique s’épure. Les gestes deviennent de plus en plus sobres. Les mouvements se font avec le minimum d’efforts. Et puis un jour nous posons le pied sur le sommet. Mais il est une chose que nous avons apprise pendant notre ascension, c’est combien la montagne est plus forte que nous. Et nous savons que si nous sommes arrivés là, c’est au prix d’efforts personnels, certes, mais aussi parce que la montagne a été clémente avec nous et nous a acceptés. C’est la raison pour laquelle notre premier geste est un geste de remerciement et d’humilité….tout comme le premier pas sur le tatami lors du salut vers le kamiza finalement…

8 Comments
  • Lou
    Posted at 16:14h, 20 septembre

    nice ^^

  • Laurylyan
    Posted at 17:15h, 20 septembre

    La randonneuse en moi apprécie beaucoup cette analogie. Elle est tellement vraie…

  • Steph
    Posted at 21:06h, 20 septembre

    Merci et aussi merci de ta visite ce matin sur les tatamis, c’était chouette…

  • Steph
    Posted at 21:07h, 20 septembre

    Ah, randonneuse??? Intéressant, il y bcp de points communs entre le marche et l’art martial…j’aime aussi bcp cette forme de purification…

  • Lou
    Posted at 12:57h, 21 septembre

    haha, met pleizir très cher !! je confirme la chouettitude de cette matinée mémorable et très instructive, enfin… j’fais ce que je veux après tout XD

  • Steph
    Posted at 15:18h, 21 septembre

    Ach, je vois que tu entends et retiens aussi…;o)

  • Laurylyan
    Posted at 21:20h, 21 septembre

    “Purification”… Effectivement, on peut voir la marche comme cela 🙂

    C’est effectivement une forme de “purification” pour moi, d’une certaine manière… Je dis souvent que je suis une “péripatéticienne” dans le plus pur sens du terme. Certains comprennent, d’autres prennent un air choqué et moi je m’amuse 😛

  • Steph
    Posted at 22:50h, 21 septembre

    Mmm, vrai que le mot “péri….” peut choquer certains mais pas si on le prend dans le sens de la marche…
    J’adore marcher, j’essaie de me déplacer un max de cette façon…ca fait un bien fou 🙂

Post A Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.