Danza Duende est l’Art de créer des champs de sagesse grâce à l’Art de la Danse.  Fondée par Yumma Mudra en 2004, l’école Danza Duende s’est naturellement transformée en un réseau international aux caractéristiques uniques au monde à ce jour.  L’approche de ce travail est basée, dans une première phase, sur la discrétion à travers une recherche personnelle de l’Art en tant que mode de vie.  La Danse est le dénominateur commun entre tous pour cette investigation.  Le développement social à travers des projets concrets constitue une deuxième phase de cette étude. Ainsi, par exemple, « Tempos de Mu-Dança 2016 » au sein du festival « Noites Na Nora » représente les premiers fruits de ce nouveau jardin.

Les entrainements , non-conceptuels et non-formatés, sont basés sur l’expérience directe du corps. Ces situations prennent des formes diverses en réunissant des outils d’étude adaptés en fonction du public et des circonstances. La maîtrise de ces outils sert l’investigation personnelle (le solitaire), tout autant que la création collective (les solidaires).  Cela  dans la perspective de cultiver, à travers  l’oeuvre de sa vie personnelle, une dimension artistique : du quotidien, de la scène, du partage, de l’éducation et de la synergie ponctuelle entre différentes cultures, philosophies, croyances ou origines.

La Danse ouvre la voie du Duende : devenir et rester sensible au mystère et à sa force. Le Duende ouvre la voie à la Danse de la Vie : ce qui se manifeste à nous trouve une source dans notre propre coeur et s’offre aux autres.  

Les 3 Piliers de la Danza Duende expriment la nature de la motivation et du développement du projet : chacun développe librement selon sa forme de travail le réseau de la Danza Duende.  Et les 3 piliers sont indispensables à toutes les initiatives.

1 – Liberté : Danza Duende nomme « liberté » la présence physique du corps en conscience, ici et maintenant. Le temps est maintenant, l’espace est ici. Les entrainements valorisent notre lucidité au présent de la présence pour développer une conscience de l’infinité.

2 – Rigueur : Danza Duende nomme «  rigueur  » l’expérience physique directe des aspects mathématiques de l’espace et du temps : le rythme et l’harmonie.  Les entraînements développent, éventuellement jusqu’à l’expertise, notre sens rythmique et notre sens géométrique, pour accorder notre corps aux environnements que nous rencontrons.

3 – La vertu : Danza Duende nomme « vertu » l’art d’équilibrer et de joindre les deux piliers précédents en actions. C’est une approche de l’étude des paradoxes de notre anatomie (en apparence symétrique). Anatomie dont les opposés se complètent par un renversement de nos contradictions, permettant ainsi de rencontrer la valeur des « deux ».

Une analogie pour définir la « vertu » en danza Duende est que « la tête écoute la voix du coeur »  et vice versa. Le troisième pilier propose d’apprendre à entendre cette « voix du coeur » et à se centrer par rapport à la dualité : hommes /femmes, toi /moi, jour /nuit, visible/invisible, émotions/ sagesses, droite/ gauche, ciel/terre, devant/derrière, inspiration/expiration, raison/intuition , etc…
Ce pilier met l’accent sur la communication entre les individus, les échanges et l’importance cruciale de la compassion dans le cadre du processus artistique. Les exercices permettent de développer les potentiels naturels du cerveau à l’empathie, l’écoute, la précision des perceptions, les sensations et la vision panoramique. Se centrer , petit à petit , à travers la quête artistique, constitue la discipline du troisième pilier de la Danza Duende. Devenir « expert de soi-même »  en reconnaissant le jeu des énergies dans le collectif.

Avec Carolina Morais Fonseca

Carolina Morais Fonseca a commencé sa carrière avec l’acrobatie chinoise et la gymnastique rythmique à l’âge de cinq ans. Après des études dans la céramique et les beaux-arts, elle étudie la danse, le théâtre, le chant, le violon et les arts martiaux au Portugal, en Belgique, en Asie centrale, au Moyen-Orient et aux États-Unis (avec le New York City Ballet et la Alvin Ailey American Dance Company). Elle a appris la « Gypsy Dance » et a développé cette formation spécifique en tant que danseuse en voyageant et en apprenant avec des familles et des communautés Gypsies en Inde, au Rajasthan, et aussi dans différents pays et régions comme la Roumanie, la Transylvanie, la Hongrie, la Turquie, l’Egypte, l’Espagne, la France, la Belgique et le Maghreb. Elle a étudié le No (Theatre japonais) avec le maître Masato Matsuura à Paris, le Butoh au Japon (Yokohama) ainsi que la danse Kathakali au Kerala dans le sud de l’Inde.

Totalement impliquée dans le projet Danza Duende, Carolina fait partie de cette organisation en tant qu’artiste, enseignante, danseuse et chorégraphe.
Depuis 2012, elle étudie le Kathak (Indian Classical Dance) à Mumbai avec Prerana Deshpande et poursuit son entraînement en danse classique classique et arts martiaux (Kung Fu) et Chi-Kung. Elle pratique également les techniques de Choresophie avec Yumma Mudra et Abdeslam Michel Raji.
Carolina suit aussi la voie du bouddhisme de Vajrayana dans le Nyingma Dudjom Tersar Lineage en Catalogne avec Djampa Lama Gyatso et à New York sous la direction de HH Shenphen Dawa Norbu Rinpoche.
(B
io complete ici : https://carolinamoraisfonseca.com/bio/)

Pour plus d’infos sur les cours et stages avec Carolina : https://carolinamoraisfonseca.com

Pour en savoir plus sur Danza Duende : http://www.danzaduende.org/

Si vous désirez nous rejoindre du 16 au 18 juin lors du We Corpore à Chaumont-Gistoux (25km au sud de Bruxelles), suivez ce lien : http://www.sakuradojo.be/inscriptions-week-end-corpore/

Retrouvez -nous également via la page facebook : www.facebook.com/ateliercorpore

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *