La peur, the fear

La peur, voilà un élément qui fait partie intégrante de notre quotidien. Les palliers sont multiples, évidemment mais je pense que personne n’y échappe. Qui n’a pas ressenti une boule dans le ventre au moment de se rendre chez son contrôleur d’impôts ou de devoir annoncer à sa compagne qu’il avait une Julie Gayet dans sa vie :-). La peur de Nosferatu itou!peur02La peur de la Police qui se perd de plus en plus par certaines volontés politiques.
Il y a également la peur de devoir aller à un tribunal, d’ailleurs avez-vous remarqué que les anciennes cours de justice étaient très imposantes et devaient créer un certain effroi alors que maintenant, ce n’est plus le cas, cela se passe souvent dans des bâitments bien modernes et très banals. Les cathédrales et églises avaient aussi ce but non avoué de distiller une forme de peur « par écrasement » chez leurs visiteurs.peur01On peut également évoquer la peur de perdre un être cher (surtout lorsque l’on a des enfants), la peur de la maladie, la peur de certains animaux, les phobies, etc.
Peur ou stress? Les deux sont peut-être liés. Par exemple, lors d’un examen d’arts martiaux, le facteur stress sera important car lié, en partie,  à la PEUR de mal faire.
Il y a également la peur de prendre des coups ou de travailler avec certaines personnes car plus imposantes physiquement.peur03Peur d’être agressé? Evidemment, cela peut arriver mais les rues ne sont pas pour autant devenues des champs de batailles. Certains se servent de cette peur en l’entretenant et en développant des systèmes de « combat » donnant l’impression d’être efficace face à certaines situations. Alors effectivement, la peur peut disparaître dans certains cas mais cela fait peut-être prendre plus de risques que si un certain pourcentage de peur était resté et aurait permis de calculé diverses possibilités.
Les formes de peurs sont finalement quasi infinies et pourrait faire l’objet de milliers de posts
Et la peur du vide, le vertige? Un peu la mienne, j’avoue. Bien que cela s’amenuise avec l’âge étrangement, je la domine un peu en grimpant sur une échelle, mais pas trop haut…
Aussi, lorsque je vois des alpinistes comme dans cette vidéo, mon sang se
glace un peu.

 

Du blog en stock

Il y a quelques années, les blogs consacrés à l’Aikido et aux arts martiaux n’étaient pas si nombreux. Maintenant, ceux-ci prolifèrent, on en trouve de toutes sortes, j’ai parfois l’impression que chaque pratiquant a son petit site relayé par les réseaux sociaux.
D’un côté, tant mieux, car cela crée de belles sources d’informations qui ne sont pas soumises à une certaine censure.blog1

Si j’apprécie d’en lire certains (je ne dirais pas lesquels ;-)), d’autres me laissent indifférent ou parfois donne envie de réagir et pas spécialement dans le sens de l’article, ce que je ne fais pas trop car après tout chacun a le droit d’écrire ses ressentis.
Différents types existent, Il y a les blogs à la belle prose, les blogs très bien documentés, les sites d’interviews, de videos, de compte-rendus de stages, d’autres plus directs, certains plus humoristisques et d’autres avec quelques fôtes d’aurtografe (un euphémisme de temps en temps). Bon là, il suffirait de passer le texte dans un correcteur style word et le texte souvent bien ficelé aurait bien meilleure allure.

Rien à voir, je sais...

Rien à voir, je sais…

Je pense qu’il y a eu également énormément de « followers » suite au succès du blog de Léo Tamaki, beaucoup de monde voulant (et c’est légitime) avoir des milliers de visite chaque jour mais n’est pas Léo qui veut…:-)
Mais le blog a-t-il un avenir face à des géants de l’infos tel facebook, twitter, intsagram, etc.? Je pense sincèrement que le blog continuera à vivre car il permet de détailler beaucoup plus un contenu mais les liens avec les réseaux sociaux s’avèrent quasi insdispensables si vous désirez que vos pamphlets touchent un grand nombre de personnes.japantrotter

Et je possède aussi un petit blog, j’écris beaucoup moins qu’auparavant car j’ai l’impression d’avoir fait le tour de certains éléments et également je n’ai pas envie d’être soumis à un « quota » de production.
A l’origine, ce petit média avait été conçu pour informer les quelques membres du Sakura Dojo mais il s’est vite retrouvé visité par pas mal de gens et m’a permit ainsi de rencontrer des personnes qui allaient compter dans ma vie de pratique après une visite de leur espace virtuel tel le blog de Léo découvert en faisant des recherches sur quelques maîtres.

First post

First post

J’ai retrouvé le premier post datant de novembre…2005, il décrivait le kata 31. Beaucoup de pages, de textes, de photos, de rencontres depuis ce moment…

Le chemin de la montagne

Les sentiers de la montagne
L’élève demande au Maître :
comment savoir si l’on est sur le véritable chemin ?
– on ne le peut, répond le Maître, il n’y a pas de véritable chemin. Deux sentiers mènent à la montagne. le premier est long et sinueux, le second est plus direct, lequel prendrais-tu ?
– le second, Maître.
– le second n’est pas le bon chemin.
– Devrai-je prendre le premier ?
– Le premier n’est pas le bon chemin. L’élève ne comprend pas, alors le Maître rajoute :
– Le novice doit prendre le premier pour apprendre à connaître la montagne. L’initié le second, car il ne doit pas se disperser. Le confirmé doit reprendre le premier, pour garder l’esprit du débutant. Le gradé le second, pour aller à l’essentiel. L’expert pourra s’aventurer hors sentier.
Et le maître ne prendra pas le premier, ni le second, parce qu’il est lui même la montagne.Mountain2

Le sommet de la montagne
Un jeune élève demande un jour au Maître :
Maître, serai-je maître à mon tour lorsque j’aurai atteint le sommet de la montagne ?
– Non, répond le maître.
– Alors, serai-je maître à mon tour lorsque je connaîtrai tous ses sentiers ?
– Non plus, répond le maître.
– Maître, quand pourrais-je devenir maître à mon tour ?
– Lorsque tu connaîtras ses sentiers, tu iras au sommet…commence à répondre le maître.
– Deviendrai-je alors maître ? interrompt l’élève impatient.
– Non, répond encore le maître d’une voix calme, lorsque tu seras au sommet, tu verras l’horizon…
– Deviendrai-je alors maître ?
– Non, répond le maître toujours aussi calme, lorsque tu verras l’horizon, il te faudra redescendre. Et tu pourras alors commencer à chercher ta propre montagne…  
nature-mountain-winter-river-wallpaper

Le long chemin
L
’élève demande au Maître :
La route parait très longue, Maître. Aurai-je le temps de la parcourir dans ma vie ?
– Non, répond le maître.
– Ainsi, répond l’élève en soupirant, il est trop tard pour moi.
– Ce n’est pas cela, réplique aussitôt le maître. Même le vieillard qui s’y aventure a suffisamment de temps.
– Alors, comment dois-je faire pour la parcourir ? interroge l’élève plus enthousiaste.
– Tu ne pourras pas la parcourir, répond le maître, non pas parce que la route est longue, mais parce qu’elle est sans fin.
Et le maître poursuit: – Voyager vite ne sert alors à rien. Voyage plutôt pleinement, et vis chaque instant présent. C’est seulement ainsi que tu pourras t’accomplir sur le chemin.

Mountain_Pass

Bon Maître, bon élève
L’élève demande au Maître :
Comment faire pour devenir un bon maître ?
– Les bons élèves font les bons maîtres…, répond aussitôt le maître.
– L’élève réfléchit quelques instants et poursuit : – Ne doit-on avoir que de bons élèves ?
– Ce n’est pas cela, répond le maître. L’élève reste l’élève, qu’il soit bon ou mauvais.
– Alors, doit-on rendre bons tous les mauvais élèves ?
– Ce n’est pas cela, répond le maître, le mauvais élève peut rester un mauvais élève.
– Ne doit-on garder que les bons élèves ?
– Ce n’est pas cela, répond encore le maître, les bons maîtres ont parfois de mauvais élèves.
– Comment alors savoir si je serai un bon maître ?
– Ce que tu seras, sera, répond le maître en souriant. C’est ce que tu es aujourd’hui, qui deviendra. 

Acheter la mort

Hier, mercredi, seul jour de la semaine (avec dimanche) sans pratique martiale. Je me « légumise » donc dans le canapé et de parcourir cette belle boîte noire nommée télé.
Et je tombe sur « Questions à la une », l’excellente émission de la Rtbf, au programme, les arnaques bancaires. En fait pas d’arnaque mais les façons dont les banques se sucrent sur votre dos, effarant. De la personne qui doit payer 35€ pour encaisser un chèque de…25€ au brave paroissien qui a récolté 600€ pour les déshérités de l’Ile Maurice et qui doit payer…50€ pour envoyer l’argent là-bas alors qu’il suffit de pousser sur un bouton.Bank-Cash-Bag

Sans compter sur tous les placements à risque ( une euphémisme, par exemple, placer toutes ses économies dans la livre turque, connue pour sa stabilité…) et le directeur nous dit que c’est normal, qu’il « teste » d’abord le client. Mais le plus intéressant était encore à venir avec un reportage aux USA décrivant en première partie le « vice fund », un fond qui investit dans tout ce qui est « vice » sur la planète comme l’alcool, les cigarettes, les armes et j’en passe. Le créateur d’expliquer que les profits sont maintenant très importants car c’est la crise et dans cette période, les gens fument plus, boivent plus et déclenchent des guerres à tout va.

life

Et le meilleur pour la fin, vous pouvez aussi investir dans la mort d’une personne, acheter sa mort en somme, en prenant possession de son assurance-vie avant son décès. Lorsqu’il passe à trépas, vous touchez le pactole. Des salons se tiennent un peu partout, on vous promet un rendement à 2 chiffres (plus de 10%) et vous pouvez choisir un cancer, une tumeur, une faiblesse cardiaque…je vois dejà l’anti-américanisme se pointer et bien non, cela se passe aussi en Europe avec, dans le reportage, une firme suisse annonçant fièrement le payement anticipé d’une police d’assurance-vie à un tiers. Entendez par là la mort d’une personne qui depuis quelques temps n’était plus qu’un numéro de contrat.
Vous pouvez voir l’émission ici : http://www.rtbf.be/video/emissions/detail_questions-a-la-une?pid=10

Saint François d'Assise en Aikido

Titre un peu mystique aujourd’hui. A l’avènement de notre nouveau pape, le bien-nommé Francois car il s’est inspiré du créateur de l’ordre des franciscains,  je me suis demandé qui était vraiment ce Saint pas comme les autres. N’étant pas un fervent catholique mais respectueux de toute croyance à condition que celle-ci prône le bien, il ne me restait que le net pour éclairer ma lanterne.

Pope_Francis_in_March_2013

Les recherches « googlesques » m’ont emmené sur sa vie passionnante mais également sur une série de textes et prières dont une très connue (son best-seller si on puit dire). Je l’ai publié sur un site bien connu 🙂 et quelques jours plus tard, j’ai reçu un texte d’un de mes élèves qui tient un blog consacré à la chrétienté en espagnol. Dans ce texte, il fait un beau parallèle entre les idées du grand Saint et notre pratique (ou plutôt ce vers quoi elle devrait tendre). Je vous le livre ci-dessous avec son aimable autorisation (j’ai un peu adapté la traduction) :
Aujourd’hui je voudrais mettre cette prière pour faire un parallelle avec l’Aïkido. Mon professeur Stéphane C. dans un commentaire dans f…….. a livré vers la réflexion suivante « Existent-t-ils des franciscains de l’Aïkido ? Ca m’intéresse… » La Philosophie de l’aïkido nous apprend d’une certaine manière à vivre de façon fransicaine. De plus je crois, que tous sommes appelés de vivre dans une sorte de pauvreté d’aspect spirituele en laissant de côté nos différences, nos mauvais penchants, nos caprices. Et ce en montrant toujours une posture(attitude) de respect envers nos partenaires, compagnons de pratique et maîtres.

StFrancois

Seigneur, faites de moi un instrument de votre paix.
Être aikidoka signifie être semeur de paix et d’harmonie.

Là où il y a de la haine, que je mette l’amour.
En évitant les conflits et en dominant ma propre nature

où il y a une offense, je mets un pardon.
En étant capable de raisonner devant l’attaque avec compassion.

Là où il y a la discorde, que je mette l’union.
En créant toujours une atmosphère bienvaillante autour de moi.

Là où il y a l’erreur, que je mette la vérité.
En montrant avec sagesse le chemin correct à mes compagnons de pratique.

Là où il y a le doute, que je mette la foi.
En poursuivant même quand on croit que tout est perdu dans le combat.

pt46384

Là où il y a le désespoir, que je mette l’espérance.
En encourageant mes compagnons quand ils ne sentiront pas le mouvement ou seront fatigués.

Là où il y a les ténèbres, que je mette votre lumière.
En marchant devant ceux-ci pour qu’ils(elles) ne trébuchent pas.

Là où il y a la tristesse, que je mette la joie.
Dans ces moments auxquels on pense que … « ce chemin n’est pas pour moi ».

Ô Maître, que je ne cherche pas tant à être consolé qu’à consoler, à être compris qu’à
En oubliant mes propres intérêts et en abandonnant mon ego

d’être compris comme compréhension,
En me mettant à la place de l’autre

saint francois

être aimé comme aimé.
En respectant et en prenant soin de mes compagnons de tatami

car c’est en donnant qu’on reçoit
En apprenant et en guidant les plus débutants.

c’est en pardonnant qu’on est pardonné, c’est en mourant qu’on ressuscite à l’éternelle vie.
L’aïkido authentique cherche à apprendre l’autocontrôle, l’humilité, la confiance en soi et la discipline, tout en menant vers une certaine spiritualité qui n’altère en rien l' »efficacité »..

En définitive, je crois que si nous sommes capables de suivre le chemin de la non violence, nous serons dans certaine manière sur le même chemin que Saint François d’Assise.
Gracias, Raul 🙂

La parabole du Twix

Il y a quelques jours, j'étais à nouveau à la bourre de grand matin, plus trop envie de me lever et de courir avec mon sac ouvert, ce qui fit tomber mes yaourts volés dans le frigo en éclat sur le trottoir. Mon estomac criant famine, je jetais mon dévolu sur une de ses superbes machines trônant dans les couloirs du métro. Celle-ci promettait une offre mirobolante de deux Twix pour 1.50 euros (dont un blanc!!).

N'écoutant que ma gourmandise, je m'empressais de glisser les pièces dans la fente magique et guettais avec malice la chute des précieux chocolats…ce qui n'arriva pas car il restait coincé par une ferraille récalcitrante (ca vous est déjà arrivé, j'en suis sûr…). Alors, me voilà à secouer la machine voleuse et de la bourrer de claques dans tous les sens. Je ressens un regard posé sur moi et mes yeux tombent sur une personne barbue vétue très simplement et qui me dit avec un accent étranger "quel est le problème? vous vous êtes fait voler…". J'explique mon cas et nous voilà deux à essayer.

Deux personnes qui n'auraient certainement jamais engagé la conversation…Devant le refus obstinant de la "voleuse", il me dit "je vais remettre 1.50 dedans (alors qu'il n'avait pas l'air très riche), sil il y en a deux Twix qui tombent, on en prend un chacun, si il n'y en a qu'un, on le partage" et là miracle, deux tombent. Je me suis confondu en remerciement envers mon bon samaritain et ai pensé assez longtemps à ce moment, qui ne restera pas dans les livres d'histoire, c'est sûr, mais qui m'a un peu plus confirmer qu'il y du bon dans l'humain.

L'énergie des arbres

J'avoue, il m'arrive de faire cela ou de ressentir une certaine énergie et un grand bien-être à l'approche de ces vieux frères de la terre, suis-je fou? J'attends vos commentaires…
Avez vous déjà enlacé un arbre ?
Savez-vous qu'un arbre peut vous recharger ?
Savez-vous que vous pouvez entrer en contact avec lui ?
L'avez vous déjà fait ou le faîtes vous régulièrement ?

Chacun de nous devrait entretenir une relation avec la nature et l'énergie des arbres. Pour comprendre l’aide que le contact avec les arbres peut nous donner,il faut poser un nouveau regard et prendre contact avec lui. Les arbres nous émeuvent par leur beauté, leur majesté, leur force. Il ne suffit pas seulement de les contempler, imaginons les comme un être vivant. Et essayons de rentrer en contact avec eux…

La rencontre avec l'énergie de l’arbre va nous permettre une rencontre avec soi. Chaque arbre comme chaque être humain possède un champ énergétique. Ce champ énergétique peut nous irradier lorsque vous vous approchez près de lui.L’échange avec un arbre est important, choisissez un arbre qui vous attire, par sa forme, sa majesté, sa puissance, regardez de plus prés ses feuilles, ses couleurs, ses fruits, la puissance de son tronc. L’arbre peut agir sur votre état de santé, sur votre état de bien être, il vous aide à retrouver le calme, un état de joie ou de sérénité.
Libérez vous de vos tensions. Le contact avec la forêt vous procure de la joie et un profond sentiment de plénitude. L’arbre est vivant…Vous pouvez établir un contact avec l’arbre de votre choix.
L’énergie de l'arbre devient votre médecin… Votre ami…
Il peut vous guérir de vos maux, de votre mal être…
Choisissez votre arbre… Parlez à votre arbre. C'est votre ami.

UTILISEZ LES CINQ SENS…
Le pouvoir énergétique de l'arbre vous aidera dans votre transformation.
L'arbre est un symbole de puissance par sa verticalité, signe de sa liaison terre ciel.
Les arbres sont comme nous des êtres cosmo-telluriques. Ou est-ce l'humain qui est comme les arbres… ? Ils ont les racines bien ancrées
dans la terre, et les branches et feuilles dans l'air, dans le ciel.
Ils sont des traits d'union entre le monde de là-haut, et le monde d'en bas. Ils se nourrissent des radiations de la terre, et des radiations
cosmiques. Tout comme nous, ils apprécient l'eau qui leur permet de croître, et le feu (soleil) qui participe à leur vie.
Certains arbres rayonnent plus fort et plus loin que d'autres. Cela dépend de leur vitalité, de leur emplacement sur le sol et de leur espèce (un chêne vibre plus fort qu'un sureau par exemple). Ce genre d'arbre est appelé arbre-maître ou arbre-totem.
Tout comme un être humain, un arbre possède des corps subtils. Pour un arbre, ce qui est accessible à nous, communs du mortel, c'est son corps physique (le tronc, les branches et les feuilles), son corps éthérique, proche du tronc, et son corps astral.

Comment se recharger :
Voici deux méthodes classiques décrites dans de nombreux livres :
* Se mettre dos contre le tronc de l'arbre que vous avez choisi. Une main vient contre votre sacrum (bas du dos) et en contact avec l'arbre, l'autre vient en contact sur votre plexus solaire. Au bout de 5 minutes, alternez les mains, pour respecter le principe de la polarité de votre corps. L'idéal est d'avoir l'arrière de la tête contre le tronc et les pieds enlacés dans les racines (si c'est possible).
* Autre méthode : Se tenir debout contre le tronc d'arbre et l'enlacer dans vos bras. Essayer d'avoir le plexus solaire et le troisième oeil (entre front et partie supérieure du nez) en contact avec le tronc et bien enrouler vos bras autour du tronc, et si possible les pieds dans les racines.

* La méthode du sourcier (çà, je vais essayer!!!) : C'est une sorte de dialogue avec l'arbre. On lui demande son autorisation, d'une manière ! Repérer le corps subtil le plus éloigné du tronc (corps astral). Faire un pas en avant dans cette couche énergétique de l'arbre. Soyez détendu. Fermez les yeux, bras le long du corps et demandez à l'arbre, de voixhaute ou mentalement : "Peux-tu sentir mes vibrations ?"
Après quelques secondes, si vous vous sentez légèrement perdre l'équilibre vers l'avant, cela veut dire qu'il vous a répondu par un "Oui".
Avancez alors à environ 5 m de son tronc. Soyez détendu. Fermez les yeux, bras le long du corps et demandez à l'arbre, de voix haute ou mentalement : "Peux-tu me donner de l'énergie ?"
Après quelques secondes, si vous vous sentez légèrement perdre l'équilibre vers l'avant, cela veut dire qu'il vous a répondu par un "Oui".
Avancez alors à 1 m de son tronc et tournez lui le dos. Fermez les yeux, bras le long du corps et demandez à l'arbre, de voix haute ou mentalement : "Donne-moi l'énergie dont j'ai besoin et relâche moi quand c'est terminé".Après quelques secondes, si vous vous sentez légèrement perdre l'équilibre vers l'avant, cela veut dire que le transfert d'énergie est terminé. Pour certaines personnes bien déchargées d'énergie, cela peut durer des minutes au lieu de secondes.

Après, n'oubliez pas de remercier ce grand-père qui vous a fait la grâce de vous donner de son énergie. Vous lui touchez le tronc et lui dites merci.
Quelques recommandations :
Ne choisissez pas un tout petit arbre, mais un gros et grand arbre, un arbre-maître.
De préférence, ne soyez pas côté sud.
Ne choisissez pas un arbre malade, car là, c'est lui qui a besoin de notre aide.
Source : http://epanews.fr/
profiles/blogs/lenergie-des-arbres

Le Zen et le scorpion

Un Maître Zen vit un scorpion se noyer et décida de le tirer de l’eau. Lorsqu’il le fit, le scorpion le piqua. Par l’effet de la douleur, le maître lâcha l’animal qui de nouveau tomba à l’eau en train de se noyer.

Le maître tenta de le tirer nouvellement et l’animal le piqua encore. Un jeune disciple qui était en train d’observer se rapprocha du Maître et lui dit : « Excusez-moi Maître, mais vous êtes têtu! Ne comprenez vous pas qu’à chaque fois que vous tenterez de le tirer de l’eau il va vous piquer ? ».
Le maître répondit: « La nature du scorpion est de piquer et cela ne va pas changer la mienne qui est d’aider. »

Alors, à l’aide d’une feuille, le maître tira le scorpion de l’eau et sauva sa vie, puis s’adressant à son jeune disciple, il continua:
« Ne change pas ta nature si quelqu’un te fait mal, prends juste des précautions. Les uns poursuivent le bonheur, les autres le créent. Quand la vie te présente mille raisons de pleurer, montre-lui que tu as mille raisons pour sourire. Préoccupe-toi plus de ta conscience que de ta réputation. Parce que ta conscience est ce que tu es, et ta réputation c’est ce que les autres pensent de toi… Et ce que les autres pensent de toi… c’est leur problème ! »
(Merci à Camilla…)